Tokyo Jihen - Goraku (2007)

1. Lamp
2. Mirror Ball
3. Kingyo no Hako
4. Shiseikatsu
5. OSCA
6. Kuronekodo
7. Fukushu
8. Botomin
9. SSAW
10. Tsukigime-hime
11. Sake to Geko
12. Killer Tune
13. Metro

Goraku

»  ultima, le 26 Avril 2008.Jazz-Rock  «


Après un "Heizei Fuzoku" en demi-teinte (pas mauvais, mais très déroutant), Shiina Ringo est de retour avec son groupe Tokyo Jihen pour la sortie de leur nouveau bébé "Goraku" (ou "Variety" pour les ricains). Malgré un succès toujours au rendez-vous tant dans sa carrière solo qu'avec Tokyo Jihen, Shiina Ringo réussira-t-elle encore à nous convaincre, nous, les fans un peu plus exigeants ?
Les deux premiers singles sortis quelques semaines plus tôt fournissaient déjà un élément de réponse avec OSCA et Killer Tune, deux morceaux du prochain album et l'assurance d'y voir figurer au moins deux tubes en puissance. Les autres titres des deux singles, pourtant considérés comme des "chutes", de l'inédit pour remplir les galettes, s'avéraient eux aussi surprenants, ce qui laissait augurer un album mémorable. "Goraku" est-il finalement à la hauteur de nos espérances ? Eh bien oui et non.
Oui, car Tokyo Jihen comme toujours ne se repose pas sur ses lauriers et poursuit vaillamment l'évolution entamée sur "Adult". Le cocktail Jazz-Rock fait toujours merveille avec OSCA, Killer Tune et surtout, oh mon dieu oui, surtout Kuronekodo, immense, que dis-je ultime, nous flanquant illico presto le même genre de frissons que l'on pouvait ressentir à la première écoute de Gunjô Biyori.
Non, car comme "Adult", "Goraku" reste inégal et ne parvient pas à insufler cette même énergie que pouvait procurer leur tonitruant premier album "Kyôiku". L'album réserve tout de même de bonnes surprises avec des titres comme Ramp ou Kingyo no Hako, qui partant limite bancals se révèlent au final plus qu'agréables. On a aussi droit aux petits délires jiheniens avec SSAW ou Tsukigime-hime et son refrain psychédélique au possible. OSCA et Kuronekodo restent les plus frappées de l'album, cela dit. Quelques morceaux plus rock viennent compléter l'album (Fukushu, Sake to Geko). Globalement, l'album sonne plus pop jazzy, exit la fougue et la puissance prog rock du premier album, qu'Adult avait déjà en partie zappées.
"Goraku" est tout de même très plaisant, et même si l'on ressent une légère déception la première fois, elle est vite dissipée au fil des écoutes, tant les compositions du groupe de Shiina Ringo respirent le fun jazzy et la bonne humeur.

»  6.5/10  «